Vélo by Léo — Lionel Solheid

Il ritorno del Turchino nella Primavera

Il passo del Turchino, col mythique de la Ligurie, monument dans le monument… Même s’il y a belle lurette que le col ne joue plus aucun rôle à Milan-San Remo, il demeure un lieu de légende dans la région gênoise. Délaissé ces deux dernières années dans la Classicissima, le Turchino revient cette année dans le parcours de la course d’ouverture des classiques printanières cyclistes. Le 19 mars prochain (photo 2017, victoire de Michal Kwiatkowki, devant Peter Sagan et Julian Alaphilippe)

Le reste du parcours reste inchangé, avec un final traditionnel empruntant les trois « capi », Melo, Cerve et Berta, la Cipressa et le plus mythique encore « Poggio ». Par contre, le peloton ne quittera pas Milan, comme de coutume, devant le Château des Sforza, au coeur de la cité de St Ambroise, mais bien au Vigorelli, le vélodrome historique de la capitale lombarde.

Ces deux dernières années, la Primavera a offert à notre pays les joies exaltantes de la victoire, alors qu’elle se refusait à nos couleurs depuis Andreï Tchmil. Le duel de 2020 entre Wout Van Aert (Jumbo) et Julian Alaphilippe (Quickstep) est assurément entré dans sa légende, parmi les plus grands faits d’armes du sport cycliste, il répondit avec perfection au scénario idéal de tout amateur de vélo. Et l’an dernier, que dire du fabuleux rush final de Jasper Stuyven (Trek), en bas du Poggio, échappant de justesse aux autres favoris, réglés sur la Via Roma par Caleb Ewan (ex-vainqueur) et de nouveau Wout Van Aert.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.