Vélo by Léo — Lionel Solheid

Lionel Syne, éducateur dans l’âme

Il faut donner plus de place au sport dans l’éducation

La transmission vers les plus jeunes, cela fait partie de l’ADN de Lionel Syne, même s’il n’a pas toujours eu l’opportunité ou l’envie d’approfondir ce champ des possibles. « J’ai une formation d’éducateur et j’aime beaucoup aller à la rencontre des gens, des jeunes par la force des choses. Et ils sont de moins en moins nombreux à vouloir s’investir dans le sport de haut niveau, et je ne parle pas que de cyclisme…j’estime qu’il faut donner plus de place au sport qu’il n’ en a aujourd’hui dans l’éducation, la formation ».

Lionel est d’autant plus heureux de voir des jeunes qui en veulent, s’investissent et qui se sont pris en main pour y parvenir: « ça me plait de discuter avec eux lors de sorties d’entraînement, parfois sur des courses comme c’était le cas lors de la Conquête des Ardennes. J’ai notamment pu le faire avec Arnaud De Lie, un vrai talent pur, qui me fait inexorablement penser à Sébastien Rosseler au niveau des qualités physiques « .

Distiller ses conseils au sein d’une équipe, le Stavelotain n’aurait pas été contre, loin de là… « Peu importe le niveau d’ailleurs…faut-il encore s’en donner les moyens et le temps. Et puis, ce sont des choix de vie: j’ai une famille à laquelle je veux consacrer du temps en tout premier lieu; ensuite, j’ai mon travail qui est assez prenant: cela ne me laisse pas de temps pour cela…peut-être plus tard, dans une seconde vie, c’est quelque chose pour pourrait vraiment me plaire et on ne sait jamais de quoi demain est fait… ». La porte reste donc ouverte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.