Vélo by Léo — Lionel Solheid

Schuuring, l’octogénaire !

Le coureur amstellodamois Cor Schuuring fête aujourd’hui ses 80 ans. Le Néerlandais a couru six années chez les pros, de 1965 à 1970, essentiellement pour le compte de l’équipe Caballero. Il était toutefois entrée dans le milieu pro avec Pelforth-Sauvage, une sacrée équipe dans laquelle on retrouvait son compatriote Jan Janssen, l’Italien Carmine Preziosi, les Français Henry Anglade ou François Mahé, ou encore le Luxembourgeois Johny Schleck (le père d’Andy et Franck). L’équipe des brasseurs qui possédait aussi en ses rangs tout un groupe de wallons: le Carolo Emile Bodart; l’Omalois Albert Lacroix; le Feluysien Willy Monty; le Namurois José Riguelle, et le Francorchamptois Guy Vallée, dont je parle dans mon « A propos ».

Il évoluera ensuite quatre saisons avec la formation néerlandaise Caballero, au sein de laquelle il évoluera avec des coureurs peu connus, dont l’Australien Henk Vogels (rare pour l’époque), qui n’était autre que le père de son homonyme, Henk Vogels, qui a couru pour l’équipe belge Lotto (2e de Gand-Wevelgem et 3e de Paris-Tours).

La dernière saison de Schuuring s’effectuera dans le même groupe devenu Peycom-Visser (avec un autre équipier australien, Graeme Gilmore et l’Américain John Simes).

Le plus beau résultat de la carrière de Cor, c’est assurément sa médaille de bronze en poursuite par équipes, aux Jeux Olympiques de Tokyo, en 1964. Vainqueur de l’Olympia’s Tour la même année, il a aussi terminé 6e de l’Amstel Gold Race’66, année de la victoire du Français Jean Stablinski. Ou encore 2e d’une étape de Paris-Nice, à Bollène, devancé par le Belge Willy Vannitsen (dont je parle dans le portrait sur Jean Simon). Il fut aussi champion des Pays-Bas amateurs en 1962.

Gelukkige verjaardag, Cornelis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.