Vélo by Léo — Lionel Solheid

Cofidis en 2022: une nouvelle équipe féminine et de nouveaux routiers-sprinters

Laporte, c’est fermé… Coquard, c’est ouvert…

A regarder de plus près les mouvements opérés par Cédric Vasseur dans la perspective de cette nouvelle saison, l’effectif 2022 semble plus qualitatif encore que par le passé. Certes, la formation française perd son chasseur de classiques Christophe Laporte, qui a pris la saison dernière une dimension plus grande encore… Ayant rejoint le sillage de Wout Van Aert chez Jumbo, pour renforcer leur compétitivité dans les classiques mais aussi dans le sprint, Laporte a dû être remplacé, au même titre qu’un autre routier-sprinter, l’ex-champion d’Europe italien, Elia Viviani, qui a rejoint Ineos. Et pour y parvenir, la direction française a fait appel à une référence française des classiques et des sprints, le guerrier Bryan Coquard. Elle ne s’est d’ailleurs pas arrêtée là, en lui adjoignant les services de deux autres coureurs rapides, l’Italien Davide Cimolai, aussi très costaud sur le terrain printanier, et surtout l’Allemand Max Walscheid.

TOP10 au Tour de France et à la Vuelta l’an dernier, grâce à son tempérament offensif et son acuité à sentir la course, le cérébral Guillaume Martin reste le leader de l’équipe dans les courses à étapes. Et dans la montagne, il pourra compter sur une des belles révélations françaises de la saison, Victor Lafay, dont l’exploit lors de la 8e étape du Giro, restera assurément sans les annales. Voire également sur un nouveau capitaine de route, doté d’une expérience immense: le vétéran basque Ion Izagirre, séparé pour la seconde fois de son petit frère Gorka. A 32 ans, l’ex-champion d’Espagne a gagné des étapes dans les trois grands tours. C’est dire la qualité de ce transfuge. Et il faut assurément ajouter l’Italien Davide Villela, libéré par la Movistar.

Sur divers terrains, le jeune français Remy Rochas fut aussi une des révélations de la défunte saison. Des traces sur lesquels aimeraient aussi rouler Alexis Renard, venu d’Israël Start-Up nation avec Cimolai, ainsi que le rouleur Benjamin Thomas, qui a quitté Groupama.

Enfin, Cofidis renoue plus que jamais avec la Belgian Connection… quelques années après Franck Vandenbroucke, Farazijn et consorts, ils sont de nouveau quatre: en plus de Jelle Wallays, très précieux dans les classiques flandriennes, Piet Allegaert et Kenneth Van Bilsen, c’est un ancien vainqueur de la Flèche Ardennaise qui rejoint ses compatriotes: Sander Armée. Lauréat, il y a un peu plus de quatre ans d’une étape de la Vuelta, il a quitté son équipe sud-africaine.

Cofidis innove avec sa première équipe féminine.

Le projet, qui date d’un an, s’est concrétisé. Sous la férule de Gaël Le Bellec, un effectif de onze coureuses a été constitué. Un groupe emmené par trois filles expérimentées. A commencer par l’Australienne Rachel Neylan, 39 ans, ancienne vice-championne du monde en 2012. Puis il y a l’Allemande Clara Koppenburg, ex-lauréate de la Semaine Cycliste de Valence, et enfin la Québecquoise Gabrielle Pilote-Fortin.

Et dans ce nouveau projet féminin, cocorico, l’on retrouve une coureuse wallonne: la talentueuse Alana Castrique. Championne de Belgique chez les espoirs, Alana rejoint une formation dans laquelle brilla naguère un autre natif de Ploegsteert, un certain VDB.

La direction, autour de Cédric Vasseur, a également mis sur pied en son sein, une équipe handisport. C’est assez remarquable. Dont deux sudistes et plusieurs champions de France… Les sudistes, c’est le champion d’Europe marseillais Michaël Carlier, et, de St Raphaël, l’ex-championne du monde paratriathlon, Elise Marc. Actuelle championne de France, dans sa catégorie, tout comme Valentin Sicot, Katell Alençon et Mathieu Bosredon. Le tout jeune Gatien Le Rousseau complète l’effectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.